Sélectionner une page

Les solutions pour vaincre l’agoraphobie, la peur des grands espaces

Si vous souffrez de troubles paniques avec agoraphobie, une évaluation précise sera nécessaire sur vos antécédents, les circonstances dans lesquelles vos premières attaques de panique sont apparues, l’importance des conduites d’évitements générées, la durée d’évolution des troubles. Votre thérapeute ne manquera pas de vous rassurer, de vous informer et de vous soutenir lors de son accompagnement.

Agoraphobie

La voie médicamenteuse pour traiter l’agoraphobie

L’apparition brusque d’une attaque de panique est excessivement difficile à vivre mais elle reste absolument sans danger. Les sensations qu’elle procure sont certes très intenses mais vous n’en mourrez pas et ne vous feront pas devenir fou pour autant. Pour vous aider, votre thérapeute pourra vous montrer les techniques de respiration à adopter et utiliser les bonnes stratégies pour détourner l’attention que vous porterez à vos sensations physiques lorsque vous vous sentez proche de faire une attaque de panique. Les premiers objectifs du traitement seront de vous aider à réduire la fréquence et la force de ces attaques et de modifier vos représentations psychologiques qui résultent de vos crises.

Un traitement médicamenteux à court terme peut vous être prescrit pour gérer votre trouble panique. Le plus souvent, ce sont des antidépresseurs et/ou des anxiolytiques (type benzodiazépines) qui sont ordonnés en complément du traitement thérapeutique. A titre informatif, sachez que dans cette indication il n’est pas nécessaire que des symptômes dépressifs apparaissent pour que les antidépresseurs vous soient prescrits. Ils ont démontré leur efficacité thérapeutique sur les attaques de paniques mais atténuent également l’ensemble des symptômes liés à l’anxiété.

Se libérer des attaques de panique par les thérapies cognitives et comportementales (TCC)

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) du trouble panique sont également très utilisées et ont considérablement démontré leur efficacité. Elles consistent en l’exposition progressive aux sensations physiques qui sont liées aux attaques de panique tout en utilisant des techniques de relaxation et d’apprentissage respiratoire. Les progrès et les difficultés sont rediscutés avec le thérapeute après chaque séance. En général, 10 à 25 séances d’exposition in vivo sont proposées selon les progressions effectuées.

Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle pour traiter la peur des grands espaces

Pour gagner du temps et éviter les aléas et les complications des situations réelles lorsque vous vous exposez progressivement à votre phobie, votre thérapeute peut vous proposer une thérapie par une exposition graduelle en réalité virtuelle (TERV). Des environnements virtuels spécifiquement conçus pour l’agoraphobie avec attaque de panique vous sont alors présentés via le casque. Il peut, par exemple, s’agir d’une situation de conduite automobile dans un espace isolé, d’un voyage en train ou en avion, ou encore d’une projection dans un grand centre commercial pour y effectuer des achats. Bien que la réalité virtuelle n’utilise essentiellement que les canaux visuels et sonores, elle réussit pourtant à fonctionner car l’individu reconstruit inconsciemment les informations qui lui manquent. Cela suggère que la personne puisse être capable d’inhiber sa présence dans le réel pour s’immerger dans le monde virtuel. Nous fonctionnons tous différemment et nous sommes tous plus ou moins disposés à nous immerger dans le virtuel. Nous pouvons le constater au cinéma, certains sont plongés dans l’action à tel point qu’ils pourraient se croire sur le tournage du film alors que d’autres en sont beaucoup plus détachés…

Calmer la peur des grands espaces par la médecine douce

Il existe également d’autres solutions permettant de vous relaxer. Celles-ci peuvent être plus basées sur des exercices physiques (tel que le yoga) ou des techniques axées sur les processus dissociatifs visant à dépotentialiser le conscient pour accéder aux ressources de la personne (l’EMDR, l’HTSMA ou l’hypnose). Elles partent du principe que vous possédez en vous toutes les ressources pour résoudre votre problème. Il existe encore divers traitements tels que la phytothérapie, la sophrologie, la kinésiologie, etc. Essayez-les, vous vous en ferez une idée.

D’autres traitements préventifs ont démontré leur efficacité dans le cas où les TCC s’avèrent être inefficaces, une approche psychanalytique peut vous être proposée. Celle-ci portera une attention particulière sur vos motivations et votre histoire et vous permettra de mieux comprendre ce qui vous inquiète pour vous libérer de vos troubles anxieux.