Sélectionner une page

Qu’est-ce que la peur de la foule ?

L’ochlophobie est une peur irraisonnée puisqu’elle ne constitue pas un caractère objectivement dangereux. Pourtant, vous craignez de vous retrouver coincé, étouffé par une masse de personnes. Vous faites alors tout ce qui est en votre possible pour éviter de prendre les transports en commun pendant les heures de pointe, de vous rendre à des salles de spectacles, aux concerts, etc.

Agoraphobie

L’ochlophobie est la peur exclusive de la foule

Ainsi, lorsque vous fréquentez des endroits bondés (des manifestations, des lieux touristiques, une plage, etc.) vous vous sentez perdu et ressentez une forte oppression. Toute votre attention se concentre sur la masse d’individus qui pourrait constituer un danger pour votre intégrité physique et psychologique. Vous détestez vous retrouver dans un espace confiné avec d’autres personnes et vous avez peur des regards qui s’exercent sur vous. Dans de telles conditions, les symptômes se caractérisent majoritairement par des tremblements, une transpiration excessive, une forte accélération du rythme cardiaque, etc.

La peur de la foule souvent confondue avec l’agoraphobie

Cela s’explique premièrement par le fait que ce terme scientifique est peu connu pour la plupart d’entre nous, et deuxièmement, parce qu’on retrouve dans ces deux phobies la peur de fréquenter des lieux publics et de déclencher un trouble panique. Elles sont toutes les deux des troubles phobiques qui peuvent générer des crises d’angoisse lorsque vous vous retrouvez face à un objet ou à une situation spécifique. Cependant, les éléments qui déclenchent la phobie sont différents.

Votre ochlophobie se distingue de l’agoraphobie puisque vous préférez rechercher les grands espaces vides en cas de malaise. Dans ce cas, l’isolement vous permet d’apaiser vos tensions, de réduire votre anxiété face à la foule et de ne plus ressentir cette sensation d’oppression. En dehors de ces situations, vous parvenez à garder de bonnes relations sociales et vous vous montrez plutôt épanoui.

La peur de la foule: point commun entre ochlophobie et agoraphobie

Dans l’agoraphobie en revanche, vous craignez également la foule mais aussi les lieux publics et les vastes espaces ouverts en raison de l’angoisse de ne pas pouvoir vous échapper en cas de problème. Vous avez à la fois un irrépressible besoin de sécurité et en même temps de liberté. La foule vous fait peur pour la seule raison qu’il vous serait difficile de vous échapper en cas d’attaque de panique. Dans l’agoraphobie, ce ne sont donc pas les personnes en tant que telles qui vous font peur mais plutôt la situation que cela génère. La foule constitue un point commun entre l’ochlophobie et l’agoraphobie mais elle est perçue différemment pour l’un et pour l’autre.

La confusion pourrait plus se faire avec la claustrophobie puisque l’on y retrouve la notion d’espace clos. Si vous souffrez de claustrophobie, les regroupements de personnes vous donne également l’impression d’étouffer du fait de vous sentir compressé dans un espace restreint. On y retrouve quelques similitudes liées à l’espace mais dans l’ochlophobie, c’est spécifiquement la foule qui est perçue comme un danger. Vous appréhendez de vous sentir confiné, de vous faire bousculer et cela déclenche en vous un très fort inconfort émotionnel. Comme toutes les phobies, la guérison se fait par l’intermédiaire d’une bonne communication, sur des exercices de relaxation et sur l’apprentissage de la confiance en soi.

L’ochlophobie : une phobie sociale ?

La peur de la foule est traditionnellement rattachée aux phobies sociales. Toutefois, on pourrait presque la considérer comme une phobie spécifique dans le sens où c’est bien la foule en tant qu’entité propre et non pas prise comme un collectif d’individus disparates qui vous angoisse. C’est ce sentiment profond et indicible d’être complètement vulnérable face à la masse humaine que représente la foule qui vous paralyse et vous pousse à éviter toutes situations dans lesquelles vous pensez qu’il y aura une forte probabilité de vous retrouver coincé au milieu de nombreuses personnes. Néanmoins, si la peur d’être étouffé, piétiné voire complètement anéanti sont les angoisses les plus récurrentes dans les cas d’ochlophobie, d’autres menaces peuvent être aussi perçues comme le fait de se sentir ridicule vis-à-vis des autres et qui ont, elles, trait à la phobie sociale. De plus, la peur de la foule empêche toute personne sujette de participer à nombre de situations sociales. Par conséquent, par ses implications sur la vie des personnes et la nature des angoisses qui peuvent les envahir, la peur de la foule relève réellement des phobies sociales.

Que faire lors d’une attaque de panique au milieu de la foule ?

Souffrir d’ochlophobie vous expose fortement au développement d’un trouble panique. Il est donc probable que vous éprouviez les symptômes de la crise de panique à chaque fois que vous devez vous rendre dans des endroits potentiellement fréquentés, ce qui renforcera considérablement votre appréhension future.  

Avant toutes choses, face à ce type de situations, il faut être conscient que même si la survenue d’une attaque de panique est un épisode extrêmement pénible, elle ne constitue pas un réel danger pour la santé. Malgré les sensations physiques qui indiquent le contraire, on ne meurt pas d’une attaque de panique. Dès les premiers signes comme le fait de vous sentir nauséeux ou d’avoir les jambes qui tremblent, essayez de vous éloigner le plus rapidement de la foule pour reprendre votre calme. 

Si ce n’est pas possible, vous pouvez en premier lieu essayer de contrôler votre respiration. Des exercices de respiration en cohérence cardiaque tels que, par exemple, la respiration au carré (inspirez par le nez, retenez votre respiration, expirez, puis retenez votre respiration sur la même durée pour chaque étape) aideront à faire redescendre l’anxiété. D’autre part, si vous êtes avec quelqu’un que vous connaissez, n’hésitez pas à lui demander de l’aide et à vous reposer sur lui ou elle. Cela peut être plus ou moins difficile à faire en fonction de votre type d’ochlophobie. Dans tous les cas, il est surtout essentiel de détourner votre attention. La focalisation sur la respiration peut être, là encore, un moyen efficace.

icon

Testez votre niveau de phobie !

Img

Déterminez votre niveau d'anxiété avec les questionnaires validés par des professionnels reconnus