Sélectionner une page

Avec les TERV, vos phobies ne deviendront qu’un mauvais souvenir

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la thérapie par exposition à la réalité virtuelle n’est pas aussi récente que l’on pourrait le croire. Le premier essai thérapeutique a été effectué en 1992 sur une personne ayant la phobie de prendre l’avion. De nombreuses autres recherches ont été effectuées depuis et ont montré des résultats très encourageants dans la prise en charge des patients. L’utilisation massive de cette technologie et les progrès réalisés depuis la rendent économiquement plus accessible et devient un outil de plus en plus prisé par les professionnels de santé.

1. La Thérapie par Exposition à la Réalité Virtuelle, qu’est-ce que c’est ?

Les TERV (Thérapies par exposition à la réalité virtuelle) aussi appelés TRV (Thérapie par réalité virtuelle), est une thérapie utilisant un casque de réalité virtuelle afin de vous plonger dans des environnements faisant ressurgir vos comportements, vos pensées et vos émotions.

C’est une thérapie brève, basée sur les TCC  (thérapie cognitive et comportementale). Cette thérapie consiste à créer un phénomène d’habituation. Ainsi grâce à la réalité virtuelle, vous allez pouvoir être confronté aux environnements ou objets qui vous angoissent. L’habituation en réalité virtuelle va permettre un apprentissage d’un nouveau fonctionnement, et ainsi, par le principe de transfert et de généralisation des acquis, vous retrouverez les mêmes évolutions en réalité. 

Si par exemple vous avez peur de l’autoroute (amaxophobie), en réalité virtuelle, vous irez de nouveau sur ce type de route. Par la répétition des expositions, et grâce au sentiment de présence en réalité virtuelle, on va avoir accès au même processus de déconditionnement. Parce que oui, si vous souffrez d’amaxophobie, c’est parce que votre cerveau est aujourd’hui conditionné à ressentir ce type d’émotion. Nous allons donc travailler afin de le conditionner, pour avoir des comportements plus adaptés.

2. Pourquoi faire une TERV ?

Passer par les TERV dans le cadre de vos problématiques apporte de nombreux avantages : 

  • Elle fait partie des thérapies brèves. Le nombre de séances nécessaires pour atteindre vos objectifs sera ainsi plus court qu’avec d’autres thérapies. 
  • Contrairement au TCC classique, vous n’avez pas besoin de faire appel à votre imaginaire. La réalité virtuelle, recrée pour vous les environnements/objets phobogènes. Ainsi ce même imaginaire pourra être utilisé comme outil de gestion des émotions

De plus, en TCC, le praticien va vous conseiller de faire des expositions in vivo, ce qui sera également le cas au fur et à mesure de la thérapie par réalité virtuelle. L’avantage de la réalité virtuelle, vient du fait que vous aurez déjà expérimenté de vous retrouver dans les situations qui ont fait monter les émotions négatives.  Que ce soit la restructuration cognitive ou l’habituation, la réalité virtuelle vous aura permis d’expérimenter la mise en place de ces outils, en situation.Ce sera d’autant plus facile pour vous de vous exposer en réalité. 

  • La réalité virtuelle est un outil ludique, très apprécié, qui apporte un aspect motivationnel d’engagement dans la thérapie encore plus important. 
  • Vous serez totalement acteur de votre thérapie ! 

Contrairement aux expositions en réalité, le thérapeute va pouvoir manipuler les environnements et objets, devant lesquels vous allez être confronté. Ainsi, il va pouvoir faire des expositions très progressives, pour s’adapter au maximum à votre évolution au cours de la thérapie. Les expositions seront ainsi moins difficiles à vivre pour vous.

3. Qui peut faire une TERV ?

Tout le monde (ou presque) peut suivre une thérapie par exposition à la réalité virtuelle ! Si vous avez plus de 5 ans, que vous n’êtes pas épileptique photosensible et que vous ne possédez pas de pacemaker, vous pouvez utiliser la réalité virtuelle.

La thérapie par réalité virtuelle peut correspondre à de nombreuses problématiques à âges différents, que ce soit : les troubles anxieux, les phobies, les addictions, les troubles neuropsychologiques (environnements écologiques de stimulations cognitives) et autres trouble de l’humeur tel que la dépression (par le biais de l’activation comportementale qui est un levier thérapeutique majeur). 

Comment la thérapie d’exposition peut aider à soigner une phobie ?

Comme dit précédemment cette thérapie est en lien étroit avec les TCC puisqu’elles se basent sur les mêmes modèles, le même fonctionnement… 

Les TCC et TERV aujourd’hui démontrent une très bonne efficacité dans le cadre des phobies. En effet, toutes phobies confondues, les TERV permettent d’avoir une extinction de la phobie dans 80% des cas

Ainsi vous allez être confronté à votre phobie en réalité virtuelle. Cette exposition aux situations/objets qui peuvent être anxiogènes, se feront de façon progressive. Le thérapeute va pouvoir moduler entièrement l’environnement dans lequel vous vous trouvez afin de s’adapter à VOTRE phobie. Parce que oui, une même phobie ne va pas forcément être ressentie de la même façon par tout le monde. 

Au fur et à mesure des expositions et des outils mis en place pendant la thérapie, vous pourrez ressentir une diminution de vos angoisses, voir une extinction de ces dernières.

4. Comment se déroule une séance ?

Une thérapie par exposition à la réalité virtuelle, est une thérapie qui fonctionne de la même façon que les TCC

  • Prise de connaissance avec le thérapeute : 

Dans un premier temps, avec le thérapeute, vous ferez un point sur les raisons de votre venue, sur les émotions, environnements/objets, qui impactent votre quotidien. Ainsi vous allez pouvoir commencer à expliquer vos émotions et sensations physiques en lien avec ces dernières, vos pensées automatiques qui arrivent lorsque vous vous retrouvez confronté à ces émotions, et les comportements que vous utilisez (ex: souvent dans le cadre de l’anxiété par exemple, on va être dans l’évitement de situations anxiogènes).

Afin de comprendre au mieux la façon dont vous fonctionnez face à ces problématiques, le psychologue peut remplir, avec vous, des questionnaires qui permettent de schématiser davantage vos propos. 

C’est au début de la thérapie que vous allez également définir le ou les objectifs que vous souhaitez atteindre pendant cette thérapie. 

  • Hiérarchisation des situations

Très rapidement, le psychologue et vous-même, entamerez une hiérarchisation des situations. C’est-à-dire  que vous allez voir, ensemble, les situations qui vont amener le moins d’émotions négatives à celles qui en amènent le plus.

Par exemple, si vous souffrez de la peur du vide (acrophobie) : Si vous expliquez à votre thérapeute que plus vous êtes en hauteur, plus l’angoisse monte. Et qu’en plus de ça, le facteur “monde” à tendance à augmenter l’anxiété. A contrario, la présence des barrières à tendance à vous rassurer. Le thérapeute va pouvoir d’abord vous amener sur des petites hauteurs, et petit à petit augmenter le nombre de personnes avec vous, et diminuer la hauteur des rambardes (voir les enlever). 

Toutes les expositions se feront de façon très progressive, et le thérapeute ne changera pas de situations tant que vous présenterez toujours dans l’anxiété. 

  • Psychoéducation 

Toujours au début de la thérapie, le professionnel prendra le temps de vous apporter différentes connaissances scientifiques concernant votre problématique, c’est que l’on appelle de la psychoéducation. Cette dernière vous apportera les connaissances nécessaires afin de comprendre comment fonctionnent vos émotions, la thérapie et vous nommera différents termes qui seront utilisés tout le long de la thérapie. 

Cette psychoéducation est la première étape vous amenant au processus de changement. Elle vous permettra notamment de commencer à prendre conscience de l’évolution de vos émotions.

  • Les expositions

Puis commenceront les expositions en réalité virtuelle. Le thérapeute vous mettra le casque sur la tête et lancera dans le casque les environnements vus ensemble au préalable. Ainsi commence le travail sur 3 sphères différentes :

  • L’exposition : permettra de commencer à conditionner votre cerveau et à créer une habituation aux situations. Pendant ces expositions, vous ne serez pas passif mais actif.
  • Les émotions : Tout au long de la thérapie, le psychologue/psychiatre vous aidera à mettre en place différents outils de gestion des émotions. Ainsi vous apprendrez à apaiser, à gérer vos émotions négatives. Cette partie vous permet notamment d’être totalement autonome et de pouvoir faire face à toute sorte de situations amenant des émotions négatives. 

En fonction des thérapeutes, de leurs spécialités… vous n’aurez pas forcément les mêmes outils. Ainsi petit à petit vous allez pouvoir remplir votre « boîte à outils”, afin de piocher dedans lorsque cela vous semble nécessaire. Le thérapeute vous apportera entre autres, des outils de relaxation, la mise en place du système ACARA

  • Les pensées : Les émotions négatives telle que l’anxiété et en lien avec des pensées automatiques catastrophes. L’objectif de la thérapie va être d’identifier les situations qui apportent ces émotions, identifier l’émotion ressentie et les pensées qui y sont rattachées. Une fois tout ceci identifié, le but sera de trouver des pensées alternatives, afin de mettre en avant des pensées plus positives et réalistes de la situation. Cet exercice peut être fait à l’aide du tableau de beck.  Le travail sur les pensées se fera également en identifiant les distorsions cognitives, les croyances

 

Tout le travail décrit précédemment se fait dans un premier temps pendant vos expositions en réalité virtuelle. Mais le but final est l’exposition en réalité ! Ainsi, au bout de quelques séances, le thérapeute vous proposera de commencer les expositions in vivo, c’est à dire en réalité. Ces expositions se feront de façon progressive tout comme en réalité virtuelle. Votre thérapeute vous aidera à trouver les situations dans lesquelles vous pouvez vous exposer.

Une fois que vous ne présentez plus d’émotions négatives type anxiété, ou du moins que vous êtes en capacité de facilement les gérer, c’est la fin de la thérapie !

5. Combien de temps dure une thérapie ?

D’après les études, les TERV durent en moyenne 10 séances. Le nombre de séances peut varier en fonction des problématiques et des personnes suivies. Le nombre de séances à réaliser sera évalué avec le thérapeute au début du suivi. Bien sûr, cela reste une indication et peut légèrement varier. En fonction du thérapeute, une séance peut durer entre 45 min et une heure

Combien de séances de trv pour soigner une phobie ?

Comme dit précédemment, le nombre de séances tourne autour des 10 séances en moyenne. En fonction de la phobie à traiter, le nombre peut varier, il est donc important de bien déterminer la ou les phobies  au début du suivi. Lors de phobies dites “simples”   telles que  l’arachnophobiela claustrophobie …  le nombre de séances va souvent être moins important que pour des phobies plus complexes telles que l’agoraphobie ou la phobie sociale

6. Quel matériel est nécessaire pour une thérapie en réalité virtuelle ?

Malgré ce que l’on peut croire, très peu de matériel est nécessaire dans cette thérapie. Si votre thérapeute possède un casque de réalité virtuelle contenant des logiciels en lien avec cette thérapie, vous n’avez rien à apporter.

Certains organismes de psychologues tel que C2care, proposent des TERV en distanciel. Pour cela, vous avez besoin d’un casque de réalité virtuelle chez vous. Si vous n’en possédez pas, ce même organisme peut vous en louer un le temps de la thérapie. Sur ce casque, vous aurez accès aux logiciels en illimité, ce qui permettra d’avoir un suivi en distanciel en thérapie par exposition à la réalité virtuelle.

7. Qui pratique les TERV ?

Les principaux professionnels utilisant les TERV sont les psychologues et psychiatres, formés à ce type de thérapie. Vous pourrez peut-être trouver d’autres types de professionnels pratiquant les thérapies par réalité virtuelle, cependant assurez-vous toujours que ces derniers soient formés à cette utilisation. 

Ce type de thérapie, n’étant qu’à ses débuts, il y a encore aujourd’hui peu de professionnels qui l’utilisent (souvent parce qu’ils n’ont pas connaissance de la possibilité d’utiliser la réalité virtuelle). 

Cependant certaines entreprises et professionnels se sont spécialisés dans cette prise en charge. Vous pouvez notamment retrouver des thérapeutes formés à la réalité virtuelle sur le site psy.live.

8. Est-ce que les TERV sont remboursées ?

Les thérapies par réalité virtuelle, comme tout autre thérapie, peuvent être remboursées. Ce n’est pas la thérapie en elle-même qui est remboursée mais le professionnel qui vous suit. 

Si vous êtes suivi par un psychologue : Certains psychologues peuvent être remboursés par la sécurité sociale, avec des organismes particuliers, cependant parmis ces psychologues peu utiliserons la réalité virtuelle. Vous pouvez également demander à votre mutuelle. En effet, il y a des mutuelles qui remboursent un certain nombre de séances avec un psychologue. 

Si vous êtes suivi par un psychiatre : La sécurité sociale peut rembourser une partie des frais engagés.

icon

Testez votre niveau de phobie !

Img

Déterminez votre niveau d'anxiété avec les questionnaires validés par des professionnels reconnus