Sélectionner une page

Comment se développe l’agoraphobie, la peur des grands espaces ?

Nous sommes tous très différents les uns des autres. Dès la naissance, certains présentent une vulnérabilité physiologique les rendant plus sensibles que d’autres aux stimuli corporels. C’est particulièrement chez ces individus que l’on retrouve la « peur de la peur ». Une sensation de malaise s’empare d’eux car ils craignent de se retrouver en situation de panique.

Agoraphobie

Les origines de l’agoraphobie, la peur des grands espaces ?

Crises de panique et agoraphobie

Dans l’agoraphobie, les crises de panique se déclenchent généralement par des événements stressants mais il se peut aussi qu’elles apparaissent sans aucune raison apparente. Si vous présentez une grande émotivité et une sensibilité à l’anxiété, alors vous êtes plus enclin à ressentir un stress permanent et à générer des états de panique. Cependant, cette vulnérabilité génétique héréditaire n’explique que partiellement l’origine de l’agoraphobie et des troubles paniques l’accompagnant.

Cette vulnérabilité peut aussi s’expliquer par les événements de vie négatifs qui viennent impacter le processus de votre pensée « J’ai bien fait de contourner le centre commercial, de cette façon j’ai pu éviter le pire et échapper à une crise de panique ». Le fait de systématiquement procéder ainsi renforce vos croyances et justifie vos actions d’évitement. Lorsque les événements angoissants se produisent de manière récurrente, votre système parasympathique (responsable de l’activité de régulation de l’organisme comme l’activité cardiaque, la respiration, la digestion, etc.) est impacté. Cela crée des répercussions sur votre vie quotidienne car vous ressentez le stress avec de plus en plus d’intensité. Vous êtes constamment en état de vigilance et cela finit par épuiser toute votre énergie.

Etat de fatigue et peur des grands espaces

La vulnérabilité psychologique est également une caractéristique expliquant le développement de l’agoraphobie. Vous vous percevez comme étant incapable de contrôler l’imprévisibilité d’un événement. Pour parvenir à reprendre ce contrôle, l’accompagnement dans l’élaboration d’un travail sur la confiance et l’estime de soi doit s’effectuer.

L’agoraphobie peut survenir à partir de multiples raisons et notamment lorsque nous traversons un moment de fragilité. Cela peut être dû à de la fatigue, un fond de déprime, des difficultés passagères, un burn-out ou bien d’autres causes encore. C’est une des phobies les plus handicapantes qui peut s’amplifier de manière insidieuse. A la suite d’une mauvaise expérience ou d’un événement stressant, vous évitez de prendre le train ou l’avion pour vous limiter, peu à peu, qu’au strict périmètre de votre ville, de votre quartier et ainsi de suite… Le périmètre se restreint progressivement jusqu’à ce vous ne puissiez plus sortir de chez vous. Cela se comprend car sortir devient une condamnation à vous sentir mal. Les peurs caractéristiques sont celles de mourir, de perdre le contrôle de soi ou encore de devenir fou. Ce sont des choses qui ne sont pas évidentes à percevoir pour une autre personne mais cela représente pour vous un véritable enfer à vivre.

Quoi qu’il en soit, même si vous êtes amené à vraiment faire une crise de panique, vous ne sombrerez pas dans la folie, ne commettrez pas de gestes dangereux et ne risquerez pas de vous évanouir ou de mourir. Bien que la crise de panique soit impressionnante, beaucoup de personnes en ont déjà fait une, mais elle ne menace en aucun cas votre vie, votre santé mentale ou votre santé physique.

Peut on vaincre la peur des grands espaces et l’agoraphobie ?

Oui! Si vous vous sentez concerné, n’attendez plus pour consulter un professionnel de santé. Il sera toujours plus facile pour ce dernier de trouver des solutions rapides et efficaces si la phobie n’est pas ancrée depuis plusieurs années. La relaxation et les techniques de désensibilisation (par thérapies d’exposition : TCC et TERV) font parties des techniques qui vous permettent de vaincre la phobie. En devenant de plus en plus calme et en apprenant à vous relaxer vous faites considérablement diminuer votre niveau de stress. La phobie sera toujours présente mais tendra peu à peu à diminuer. La désensibilisation peut également se faire par l’imagination (ex : imaginer que l’on sort de chez soi tout en se relaxant) ou à l’aide d’un casque de réalité virtuelle qui vous permet d’affronter votre phobie de manière plus réelle. Ces techniques vous permettent de reprendre le contrôle de vous-même et de maîtriser peu à peu la situation.