Sélectionner une page

Comment se passe une séance chez le psy ?

Est-ce que rencontrer un psy peut vraiment m’aider ? Où cela va-t-il me mener ? Et s’il trouvait toute mon histoire ridicule ? Malgré le profond désir de vouloir changer, de se sentir mieux, on redoute ce que l’on pourrait découvrir au fond de soi. Il y a aussi la crainte de tomber sur un mauvais psy, d’avoir peur de ne pas être compris, qu’une mauvaise relation ne se créée, etc. Il est quasiment impossible de savoir ce qui nous attend puisqu’il existe quasiment autant de thérapies que de personnes. D’autant plus que lorsque nous essayons d’imaginer ce qu’il pourrait se passer, c’est systématiquement une situation différente qui se produit. Une séance chez le psy, c’est avant tout un moment d’échanges qui permet d’une part aux deux individus d’apprendre à se connaitre et d’autre part, de définir les besoins du patient qui ne sont pas toujours facile à identifier.

Il existe de très nombreuses approches psychothérapeutiques qui peuvent vous aider à surmonter vos difficultés. Les méthodes sont de ce fait, très différentes selon vos motivations. Les psychothérapies les plus communes pour soigner les phobies sont les thérapies cognitives et comportementales, l’hypnothérapie et la psychanalyse. De nombreuses autres pratiques basées sur des techniques de respiration et de relaxation permettent toutefois de compléter la thérapie que vous avez choisie.

L’appréhension du premier rendez-vous

On peut comprendre que le premier rendez-vous chez un psychothérapeute puisse être source d’appréhension. C’est un moment particulier puisqu’il s’agit de rencontrer une nouvelle personne pour parler de vous. Il est d’autant plus difficile de devoir dévoiler ce qui vous rend triste, ce qui vous pose problème, ou de demander de l’aide à une personne que vous ne connaissez même pas. Pour beaucoup d’entre nous, parler de soi n’est pas un exercice facile, notamment lorsqu’il s’agit d’évoquer nos faiblesses. Pourquoi ? Car la société dans laquelle nous sommes nous pousse à nous montrer sous notre meilleur jour, à être social, et à devoir sourire même lorsque nous traversons des situations difficiles. Il est aussi mal vu de raconter ce qui nous tracasse et nous prenons alors l’habitude de devoir tout contenir en notre for intérieur.

Aussi professionnel que le thérapeute puisse être, il n’est pas non plus aisé de s’y confier, de lui laisser paraître nos failles. Le psychothérapeute en a bien conscience et prendra le temps qu’il faut pour vous mettre à l’aise et écouter avec la plus grande attention les raisons de votre venue. Sachez que le premier rendez-vous n’engage à rien. Ce n’est pas tout de devoir exprimer nos difficultés, il faut encore que « le courant » entre le professionnel et vous-même puisse se faire. Sans cette relation de confiance, sans le sentiment de se sentir écouté et compris par ce qui vous touche, le travail thérapeutique ne pourra se faire correctement. Après ces premiers échanges vous aurez tout le temps de réfléchir avant de vous engager à poursuivre une thérapie. Faites confiance à vos ressentis et à vos réactions, c’est la qualité de votre thérapie qui en dépend.

Quelle thérapie choisir ?

Si votre objectif est de vous débarrassez rapidement d’une phobie, de trouver des solutions qui vous permettent de réduire et de supprimer les symptômes, vous pourrez alors choisir une thérapie cognitive et comportementale (TCC). Le programme thérapeutique proposé est différent selon chaque type de phobie. Les entretiens préliminaires vous permettront de définir un projet thérapeutique adapté à vos besoins. La thérapie comporte ensuite une phase d’exposition standard in vivo qui permet de vous exposer progressivement face à l’objet ou à la situation anxiogène. Le but étant d’obtenir un effet d’habituation et de réussir, à terme, à contrôler votre anxiété.

En revanche, si ce qui vous importe est de connaître l’origine de vos troubles, une psychanalyse sera plus appropriée. Cette thérapie reste coûteuse car elle nécessite beaucoup de temps. Elle consiste à vous faire prendre conscience des conflits inconscients qui sont à l’origine de vos phobies. Toute la compréhension de la phobie et de son traitement est fondée sur l’analyse de l’inconscient. La psychanalyse est à envisager comme un soutien au développement personnel plutôt qu’une solution permettant une réduction rapide de vos symptômes.

L’hypnothérapie trouve également sa place dans le traitement des phobies spécifiques. Cette méthode consiste à vous placer dans un état de conscience modifié qui vous permet d’accéder à vos ressources non conscientes afin de générer des changements profonds et durables. Cinq à six séances sont généralement nécessaires et les premiers résultats peuvent apparaître dès les trois premières.
De nombreuses autres thérapies telles que la sophrologie, la réflexologie, l’art-thérapie, etc. peuvent aussi vous être proposées dans le but de calmer votre stress et vos angoisses. Elles sont souvent indiquées pour surmonter certaines difficultés psychologiques et pour apprendre à gérer autrement les émotions qui vous sont difficiles.

En bref

Vous l’aurez compris, toutes ces approches sont par définition très différentes les unes des autres. Tout dépend du type de thérapie que vous choisissez. Les professionnels de santé le sont aussi et même s’ils sont formés à des outils thérapeutiques identiques, leurs personnalités et leurs méthodes de travail diffèrent beaucoup. De manière générale, une séance de thérapie dure entre 45 minutes et 1 heure et s’étend entre 6 à 18 mois (souvent moins pour une hypnothérapie et souvent plus pour une psychanalyse). Cela dépend de l’intensité de vos troubles, des évolutions présentées au cours de la thérapie et du nombre de séances hebdomadaires envisagées. Il est primordial que vous vous sentiez à l’aise et en confiance avec votre thérapeute afin de garantir les effets et la qualité d’une psychothérapie. Ainsi, prenez le temps d’en tester plusieurs et profitez du fait qu’aucune pratique ne vous soit imposée !