Sélectionner une page

Définition de la brontophobie, la peur du tonnerre

Souvent associée à l’astraphobie, qui est la peur des orages, ou la kéraunophobie, la peur de la foudre, la brontophobie est la peur excessive du tonnerre. C’est une des dix phobies les plus courantes dans le monde qui ne touche pas uniquement les enfants, mais les adultes et les animaux. 

 

La plupart d’entre nous sursautent au grondement du tonnerre en ne développant pas d’autres symptômes. Par contre, c’est tout le contraire pour les personnes atteintes de brontophobie, la peur est incontrôlable. Elles ne parviennent pas toujours à apaiser leur peur et, sans aide, elles se sentent complètement menacées pendant les tempêtes. Cette phobie est plus répandue chez les enfants. 

Analyser les symptômes de la brontophobie 

Les personnes qui souffrent de brontophobie sont souvent remplies d’anxiété pendant les orages, et ça même si elles sont en sécurité dans leur maison. Comme la plupart des phobies, les crises de panique, les pleurs, la transpiration et les battements rapides du cœur peuvent survenir lorsque la personne est sous l’emprise de sa peur.

Ce qui est unique à la brontophobie, cependant, c’est que la plupart des brontophobes vont chercher de la compagnie pour les rassurer pendant une tempête. Cela peut réduire considérablement la gravité de leurs symptômes. Les personnes atteintes de brontophobie peuvent aussi essayer de se cacher d’une tempête, en se couvrant les oreilles ou en grimpant dans les placards. Ils porteront également attention à la possibilité qu’une tempête s’approche beaucoup plus près que d’autres personnes, ressentant un sentiment imminent de crainte qui aggravera probablement leurs symptômes.

Les symptômes causés par la brontophobie sont nombreux :

  • De l’anxiété pendant les orages 
  • Un intérêt marqué ou même une obsession pour le suivi des tendances météorologiques 
  • La nécessité de chercher de la compagnie pendant une tempête 
  • Le désir de se cacher de la tempête 
  • Le refus de quitter sa maison en raison du danger potentiel de tempêtes. 

Dans les cas extrêmes, les brontophobes peuvent devenir obsédés par l’observation des bulletins météorologiques et le suivi des tempêtes par temps de pluie. Parfois, ils peuvent même refuser de quitter la maison sans d’abord vérifier le temps qu’il fait pour savoir s’ils seront à l’abri.

Parfois, cela conduit même à une sorte d’agoraphobie, où la personne souffrant de brontophobie refuse de quitter sa maison parce qu’aucun autre endroit n’est sûr. Les crises de panique peuvent également avoir un effet néfaste sur le corps d’une personne, les symptômes s’aggravant avec le temps s’ils ne sont pas traités correctement.

Combattre la brontophobie

La distraction est souvent la première clé du traitement de la brontophobie, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles avoir de la compagnie pendant une tempête peut aider à atténuer les symptômes. Si la phobie est plus grave, une aide professionnelle peut être nécessaire.

Cependant, les thérapies cognitives et comportementales sont l’approche la plus efficace. Aidée de son thérapeute, la personne atteinte de brontophobie se libère petit à petit de sa peur.