Sélectionner une page

Définition de la brontophobie, la peur du tonnerre

Souvent associée à l’astraphobie, qui est la peur des orages, ou la kéraunophobie, la peur de la foudre, la brontophobie est la peur excessive du tonnerre. C’est une des dix phobies les plus courantes dans le monde qui ne touche pas uniquement les enfants, mais les adultes et les animaux. 

La plupart d’entre nous sursautent au grondement du tonnerre en ne développant pas d’autres symptômes. Par contre, c’est tout le contraire pour les personnes atteintes de brontophobie pour qui la peur est incontrôlable. Elles ne parviennent pas toujours à apaiser leur peur et, sans aide, elles se sentent complètement menacées pendant les tempêtes. Cette phobie est plus répandue chez les enfants.

La brontophobie chez l’enfant

Tout d’abord, il faut bien avoir conscience que la très grande majorité des enfants ont peur des orages. C’est une réaction tout à fait normale car ce sont des phénomènes naturels qui peuvent être très impressionnants pour eux. Même si un orage ne dure généralement pas très longtemps, le vent qui souffle fort, les éclairs, l’assombrissement du ciel et surtout le tonnerre qui gronde brusquement sont des motifs plus que légitimes pour effrayer tout un chacun d’autant plus si on ne comprend pas ce qu’il se passe – ce qui est généralement le cas des enfants. 

De ce fait, il n’est pas rare de voir un enfant crier, pleurer, se réfugier sous son lit pour échapper à l’orage. Ces comportements sont des manifestations de l’angoisse intense qui saisit l’enfant lorsque des éclairs surgissent. Parfois, cela peut même aller jusqu’à la crise de panique. Pour éviter d’en arriver là, il est essentiel de rassurer votre enfant avec des paroles réconfortantes et lui faire comprendre que l’orage est un phénomène naturel qui présente des risques, il est vrai, mais que l’on peut tout à fait s’en protéger aisément. 

Pour cela, il peut être intéressant de commencer par proposer une explication rationnelle adaptée au niveau de compréhension de votre enfant, à savoir que l’orage est un phénomène météorologique au cours duquel les cumulonimbus – les “gros nuages” – se chargent en tension électrique attirée par la terre produisant alors un arc électrique entre le ciel et le sol. Expliquer ne suffit malheureusement pas à faire redescendre suffisamment l’anxiété, il faut donc également créer une diversion. Une très bonne méthode pour accomplir cela sera de calculer ensemble la distance à laquelle se situe l’orage de là où vous vous situez en comptant le nombre de secondes séparant l’éclair du tonnerre et en multipliant ce nombre par 350, soit le nombre de mètres parcourus par le son en une seconde. Le plus important dans cette attitude de réassurance est de bien écouter et prendre en compte les émotions que votre enfant exprime. Agir comme si cette angoisse était totalement irrationnelle parce-qu’il n’y aurait aucune raison de craindre l’orage peut très vite se révéler contreproductif et favoriser l’évitement chez l’enfant, qui pourrait alors mener au développement d’une véritable phobie dans un avenir proche. 

Toutefois, cette posture rassurante peut être difficile à adopter pour nombre de parents car beaucoup d’adultes aussi ont une peur profonde du tonnerre et des orages.

La brontophobie chez l’adulte

Si c’est votre cas, il sera effectivement particulièrement complexe de consoler un enfant en cas d’orage car bien que vos mots puissent insister sur l’issue positive de la situation, le langage non-verbal tendra à trahir vos réelles émotions. Par conséquent, si vous ressentez également un besoin irrépressible de fuite et une très grande détresse y compris lorsque vous êtes complètement à l’abri, vous êtes très probablement brontophobe.

Les symptômes de la peur du tonnerre

Les personnes qui souffrent de brontophobie sont souvent remplies d’anxiété pendant les orages, et ça même si elles sont en sécurité dans leur maison. Comme la plupart des phobies, les crises de panique, les pleurs, la transpiration et les battements rapides du cœur peuvent survenir lorsque la personne est sous l’emprise de sa peur.

Ce qui est unique à la brontophobie, cependant, c’est que la plupart des brontophobes vont chercher de la compagnie pour les rassurer pendant une tempête. Cela peut réduire considérablement la gravité de leurs symptômes. Les personnes atteintes de brontophobie peuvent aussi essayer de se cacher d’une tempête, en se couvrant les oreilles ou en grimpant dans les placards. Ils porteront également attention à la possibilité qu’une tempête s’approche beaucoup plus près que d’autres personnes, ressentant un sentiment imminent de crainte qui aggravera probablement leurs symptômes.

Les symptômes causés par la brontophobie sont nombreux :

  • De l’anxiété pendant les orages 
  • Un intérêt marqué ou même une obsession pour le suivi des tendances météorologiques 
  • La nécessité de chercher de la compagnie pendant une tempête 
  • Le désir de se cacher de la tempête 
  • Le refus de quitter sa maison en raison du danger potentiel de tempêtes. 

Dans les cas extrêmes, les brontophobes peuvent devenir obsédés par l’observation des bulletins météorologiques et le suivi des tempêtes par temps de pluie. Parfois, ils peuvent même refuser de quitter la maison sans d’abord vérifier le temps qu’il fait pour savoir s’ils seront à l’abri. La popstar internationale Madonna, par exemple, a reconnu être fortement brontophobe. Elle déclare ne pas pouvoir prendre part à un concert en extérieur tant qu’elle n’a pas consulté plusieurs bulletins météorologiques de différentes sources confirmant qu’il n’y aura pas d’orage.

Ainsi, la peur des orages peut même conduire à une sorte d’agoraphobie, où la personne souffrant de brontophobie refuse de quitter sa maison parce qu’aucun autre endroit n’est sûr. Les crises de panique peuvent également avoir un effet néfaste sur le corps d’une personne, les symptômes s’aggravant avec le temps s’ils ne sont pas traités correctement.

Combattre la brontophobie

La distraction est souvent la première clé du traitement de la brontophobie, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles avoir de la compagnie pendant une tempête peut aider à atténuer les symptômes. Si la phobie est plus grave, une aide professionnelle peut être nécessaire.

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) sont l’approche thérapeutique la plus efficace. Aidée de son thérapeute, la personne atteinte de brontophobie se libère petit à petit de sa peur. Les TCC effectuent un travail sur deux fronts essentiels. D’une part, on expose progressivement l’individu brontophobe à l’objet de sa phobie pour lui permettre de s’habituer et d’être désensibilisé à la vue d’un orage qui ne provoquera alors plus les réactions émotionnelles démesurées comme précédemment. D’autre part, un travail est initié par la thérapeute sur les croyances irrationnelles, les pensées automatiques et catastrophiques qui surviennent à chaque évocation d’un orage parce-que ce sont bien ces idées bien ancrées qui motivent principalement la peur.

Les Thérapies par exposition à la réalité virtuelle (TERV) pour traiter la brontophobie

Toutefois, confronter la personne brontophobe, même progressivement, à l’orage peut être compliqué au niveau pratique mais aussi du fait de l’anxiété intense ressentie. La réalité virtuelle offre alors une alternative pertinente pour surmonter ces difficultés. Elles fonctionnent sur le même principe que les TCC en cherchant à faire disparaître totalement à force d’expositions répétées les réactions de peur face à l’orage. Pour ce faire, l’individu sera plongé dans un monde virtuel entièrement recréé où il pourra, avec l’aide du thérapeute, mettre en place efficacement les techniques de gestion des émotions telles que la relaxation à l’aide d’exercices de respiration qui pourront être mobilisées autant dans un environnement virtuel que dans la réalité. Les TERV permettent donc plutôt rapidement de reprendre confiance en sa capacité à affronter ce type de situations et de retrouver sa liberté face à la phobie.

Les bons gestes à adopter face à l’orage

Il existe quelques règles à connaître en cas d’orage pour s’assurer d’être en totale sécurité et ainsi vous aider à contrôler votre anxiété. Ces recommandations reposent sur les deux principes centraux suivants : 

  • La foudre cherche toujours le chemin le plus court pour atteindre le sol. Elle s’abat donc en priorité sur tout ce qui dépasse
  • Les matériaux conducteurs touchés par un éclair peuvent vous électrocuter.

En conséquence, par temps d’orage, il est fortement conseillé :

Si vous êtes dehors :

  • N’utilisez pas de parapluie surtout ceux avec une tige en métal
  • Ne vous abritez pas sous un arbre
  • Ecartez-vous le plus possible des structures métalliques et des étendues d’eau
  • Éviter de courir
  • En groupe, dispersez-vous le plus possible.

En voiture : vous êtes complètement en sécurité à l’intérieur du véhicule.  Si l’orage est accompagné de fortes pluies, vous pouvez vous arrêter sur le côté et attendre que l’orage passe.

À la maison, les bains et les douches sont à proscrire pendant l’orage. Vous pouvez débrancher les appareils électroménagers pour éviter tout risque de surtension.

icon

Testez votre niveau de phobie !

Img

Déterminez votre niveau d'anxiété avec les questionnaires validés par des professionnels reconnus