Sélectionner une page

Définition de l’hypocondrie

L’hypocondrie: la peur d’être malade

L’hypochondrie n’est plus techniquement considérée comme une phobie. On parle maintenant de trouble somatique ou de troubles anxieux liés à la maladie. Cependant, certains pensent que l’hypochondrie devrait être reclassée comme une phobie puisqu’elle représente une peur spécifique.

Peur des maladies, de quoi parle-t-on ?

 L’hypocondrie se retrouve chez les personnes souffrant de dépression et peut fluctuer selon le niveau de la dépression. Parfois, il n’y a pas d’autres symptômes. La recherche montre que, lorsqu’elle est associée à la dépression, cette peur peut être de très courte durée, moins d’un an dans certains cas. 

Symptômes de l’hypocondrie

Les symptômes de la phobie des maladies incluent le fait de penser constamment aux maladies ou à la mort ; le fait d’éviter de lire des articles sur ces sujets à la radio, à la télévision, dans les journaux ou les magazines ; ou, très rarement, le fait de recueillir obsessivement de telles informations. 
Certaines personnes souffrant de la peur des maladies réagisse avec le besoin d’être constamment au courant sur leur santé. Ils vont donc voir le médecin régulièrement, effectuent des examens corporels répétés, … 

La cause de l’hypocondrie

Il peut notamment s’agir d’un membre de la famille proche ou d’un ami atteint de la maladie redoutée. Divers problèmes personnels tels que le sentiment d’être indésirable, d’être seul ou de s’apitoyer sur soi-même. 
Il y a aussi eu des aspects pratiques comme une mauvaise santé générale ou des douleurs persistantes. On peut également citer les commentaires ou les silences des médecins qui ne comprennent pas bien ce qu’ils disent. Ce n’est pas difficile à comprendre étant donné que la personne est à l’écoute de la moindre alarme qui pourrait être déclenchée par le ton de la voix ou un regard lorsque le sujet redouté est en discussion, et qu’elle peut avoir consulté ce médecin fatigué plusieurs fois avec la même crainte. 

Et le traitement dans tout ça ? 

La recherche actuelle a montré que certains traitements peuvent être efficaces contre l’hypocondrie. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est devenue une option courante pour traiter l’hypochondrie. Ce type de thérapie aide les patients à apprendre à gérer l’anxiété qu’ils ressentent face à leurs symptômes physiques.
Un autre traitement qui a fait ses preuves consiste à aider les malades à faire face à la peur en restant dans la situation redoutée par le biais d’un programme de désensibilisation personnellement adapté. Il s’agit simplement d’adapter autant d’étapes que nécessaire entre ce que la personne peut et veut faire et ce qu’elle veut être capable de faire, et de travailler à travers eux, en acceptant le niveau d’anxiété généré à chaque fois.