Sélectionner une page

Reconnaître les symptômes de la claustrophobie, peur des espaces clos

A tout âge, le trouble anxieux présent dans la claustrophobie s’accompagne d’un sentiment de danger ou d’étouffement. A un niveau avancé, elle peut conduire à des manifestations émotionnelles pouvant quelquefois prendre un caractère obsessionnel. Un trouble panique peut se présenter dans certains cas. Cela perturbe considérablement les activités quotidiennes de la personne.   

Symptômes communs dans les phobies

Lorsque l’on souffre d’une phobie, on va ressentir différentes manifestations physiques en lien avec cette peur. L’intensité de ces sensations physiques peuvent être variables en fonction des personnes. 

Si vous souffrez de claustrophobie peut être avez vous déjà ressentis certaines de ces sensations physiques lorsque vous vous êtes retrouvé dans un endroit clos : 

  • une accélération de votre rythme cardiaque, l’impression que le cœur
  • bas très vite, très fort. Cette sensation peut même peut être vous donner l’impression que vous allez mourir d’une crise cardiaque.
  • vous pouvez tout d’un coup avoir très chaud, transpirer  
  • Votre respiration va également être impactée par cette peur. Vous pouvez avoir la sensation d’avoir une respiration beaucoup plus courte, coupée, avoir la sensation d’étouffer
  • Des tremblements peuvent également être présents, des tremblements des jambes ou d’autres parties du corps, qui peuvent donner l’impression que notre corps va nous lâcher, que l’on va tomber. 
  • sensations que votre ventre est contracté, voire douloureux, pouvant même amener à des sensations de nausées
  • plus rarement peut également arriver une impression de ne plus être dans la réalité ou dans son propre corps, comme si nous étions détaché de la situation actuelle
  • avoir une crise de panique. En effet, par moment ces symptômes peuvent être tellement forts et impressionnants, que vous allez avoir l’impression de mourir dans cette situation. 

En plus de ces sensations physiques, il y a une partie de l’anxiété qui est plus cognitive. Ainsi vous pouvez avoir l’impression que vous allez mourir si vous restez plus longtemps dans cet endroit. Cette impression de mourir n’est pas tant une sensation physique mais également des pensées catastrophiques qui vous viennent en tête, en imaginant le pire de cette situation

Certains de ces symptômes peuvent être engendrés par d’autres pathologies médicales, c’est pourquoi il est intéressant d’être évaluer par un professionnel. Ainsi une fois l’évaluation faite, et la présence de la phobie validée, vous pourrez être accompagné par des personnes qui pourront vous aider dans cette anxiété. 

Comme vous avez pu le constater les symptômes en lien avec l’anxiété sont des symptômes qui peuvent être extrêmement désagréables et nous amener à éviter les situations qui vont favoriser ces derniers. Ainsi bien souvent, les personnes souffrant de claustrophobie vont développer un comportement de fuite de ces situations anxiogène. Ainsi, plutôt que de prendre l’ascenseur pour monter au 5ème étage, vous allez prendre les escaliers. Cependant, ce comportement d’évitement peut également empêcher de réaliser certaines activités personnelles ou professionnelles, vous pouvez par exemple refuser de travailler dans certains lieux ou refuser certaines sorties avec vos amis.

Deux symptômes prédominent dans la peur des espaces clos

Peur de manquer d’air et de rester enfermé

Dans la claustrophobie, deux symptômes clés prédominent : la peur de manquer d’air, de suffoquer et la peur d’être restreint dans un espace, de ne pas pouvoir s’en échapper. Vous présentez des manifestations évidentes d’inconfort lorsque vous vous trouvez dans des espaces clos, des petites salles, un véhicule, et des zones confinées en tout genre. Pourtant, ce n’est pas l’endroit en lui-même qui vous effraie mais plutôt la peur de ce qui pourrait vous arriver si vous venez, par exemple, à manquer d’air.

Dans certains cas, lorsque vous ne parvenez pas à éviter ce qui vous effraie et que vous ne trouvez plus aucune stratégie pour faire face à l’objet phobogène, une crise de panique peut vous envahir. Vous savez que le fait de vous retrouver dans un espace clos ne vous met pas en danger, mais vous êtes terrifié par la seule idée de ne pas être capable d’en sortir.

De la peur d’être enfermé à la phobie spécifique

Selon les professionnels de santé, les critères suivants sont nécessaires pour que la peur d’être enfermé puisse être qualifiée de phobie spécifique :

  • La peur doit persister dans le temps et être suffisamment excessive pour vous empêcher de raisonner. Cette peur peut aussi bien survenir lors de l’exposition immédiate à la situation phobogène que par l’anticipation de de cette dernière.
  • Lorsque vous vous trouvez en situation d’enfermement, votre réaction doit être immédiate et apparaître de façon systématique. L’intensité du trouble peut cependant évoluer.
  • Vous êtes parfaitement conscient du caractère absurde, irraisonné et de la démesure de votre peur.
  • Dans la mesure du possible, vous évitez tous les endroits clos où vous pourriez vous retrouver. Dans le cas ou la situation est inévitable, elle vous sera vécue avec beaucoup d’anxiété et de détresse.
  • Dans la vie quotidienne, vos activités doivent être fortement perturbées.

L’ensemble de ces signes doivent être présents sur une période excédant un semestre et ne doivent pas être expliqués par un autre trouble (agoraphobie ou état de stress post traumatique par exemple).

Cette phobie peut également se retrouver chez les enfants. Il est cependant plus délicat de la reconnaître car elle peut se manifester sous différentes formes (des cris, des pleurs ou des crises de colère) plutôt que par une peur. Précisons aussi que pour eux, une période de six mois de troubles est nécessaire pour révéler une claustrophobie.

icon

Testez votre niveau de phobie !

Img

Déterminez votre niveau d'anxiété avec les questionnaires validés par des professionnels reconnus