Sélectionner une page

Reconnaître les symptômes de la phobie sociale

Si vous souffrez de phobie sociale, votre thérapeute commencera par identifer, avec vous, les lieux, les situations, les personnes.. qui déclenchent en vous votre phobie.  Il vous aidera ensuite à mieux comprendre l’origine de cette phobie et à retrouver le bon comportement à adopter. 

Identifier les situations que vous redoutez

Il existe autant d’individus que de situations sociales pouvant être source de peur ou d’anxiété. Nous avons tous vécu des expériences bien différentes les uns des autres. Il est donc important d’identifier le type de situation que vous redoutez afin de permettre au thérapeute de comprendre la façon dont vous vivez votre quotidien et les problèmes qui vous encombrent.

L’expérience clinique montre que lorsque vous vous sentez évaluer par d’autres personnes,  vous ressentez des tremblements dans vos membres, une forte accélération du rythme cardiaque, des difficultés respiratoires, nausées, rougissement, bégaiement, etc.

Cinq grands types de situations sociales sont redoutées :

  • Les situations de performance avec la peur d’échouer : lecture de texte devant une audience, passer un examen, entretien formel, etc.
  • Les situations d’observation avec la peur de se sentir observé lors d’une activité : faire un créneau devant la terrasse bondée d’un café, manger, écrire, travailler sous le regard d’autrui, etc.
  • Les situations d’affirmation de soi : avoir peur de donner son point de vue et exprimer ses besoins, de faire une réclamation, de demander quelque chose, regarder dans les yeux, etc.
  • Les situations de révélation de soi : faire connaissance avec un individu, lier un lien amical ou sentimental, draguer, etc.
  • Les situations d’interactions superficielles avec la peur de se dévoiler : échanger avec autrui de manière informelle, parler de soi, créer des discussions, etc.

La peur et la crainte d’être constamment jugé

C’est avant tout, la peur et la crainte d’être constamment jugé dans les activités du quotidien qui vous obsèdent. Certains peuvent appréhender tous ces grands types de situation mais la plupart ne redoutent que certaines d’entre elles. Il est primordial pour le thérapeute d’évaluer ces situations, l’intensité de votre détresse perçue et l’importance de vos conduites d’évitement:

Par exemple, lors d’une prise de parole en réunion, l’anxiété tend elle à disparaître sans susciter par la suite de l’embarras (il s’agit dans ce cas d’un simple trac) ou est-ce que la peur et l’affolement perdurent tout au long de votre prise de parole (réaction purement phobique) ?

D’une manière générale, vous ressentez de la peur avant et pendant les situations redoutées et le sentiment de honte survient pendant et après cette situation.

Les personnes souffrant de phobie sociale ont également tendance à développer beaucoup de pensées négatives. Elles sont convaincues que l’on va les observer, les juger défavorablement et les rejeter. Cela a un impact sur l’estime de soi, engendre de l’autodévalorisation et une crainte de devoir révéler son émotivité.

Le comportement d’évitement

Pour mieux vivre ces moments redoutés, la plupart des personnes souffrant de phobie sociale développent des comportements d’évitement. En agissant ainsi, elles entretiennent un raisonnement fondé sur leur conviction d’avoir évité le danger.

Vous allez ainsi renoncer à sortir en soirée, à donner votre avis sur un sujet, à poser des questions, etc. D’autres évitements, à caractère plus subtils, surviennent lorsque vous n’avez pas pu vous soustraire à une situation redoutée; par exemple, lorsque vous participez à l’organisation d’un repas mais que vous décidez de ne pas prendre la parole, ou en évitant de donner trop de détails sur vous-meme lors d’un échange avec un inconnu.

L’ensemble de ces symptômes entraînent généralement des complications sur la qualité de votre vie. Il est possible que peu à peu, votre souffrance vous conduise à vous isoler des autres, à vous mettre en situation d’échec scolaire, à perdre votre emploi ou encore vos liens familiaux. Si tel est le cas, n’attendez plus avant de contacter un professionnel de santé, celui-ci saura comment faire pour vous aider !