Sélectionner une page

Qu’est-ce que l’anxiété généralisée ?

L’anxiété généralisée, appelé également trouble anxieux généralisé (TAG), désigne une affection extrêmement commune mais aux conséquences nocives sur la santé et la qualité de vie. Elle fait partie de la famille des troubles anxieux au même titre que les phobies, les états de stress post-traumatique ou encore les TOC. Elle désigne un état pathologique d’inquiétude permanente qui parasite le quotidien et cause de la souffrance.

homme qui semble anxieux

L’anxiété pathologique ?

S’il s’agit d’une expérience normale pour tout individu de ressentir du stress et de l’anxiété à plusieurs moments de sa vie, on considère cet état comme pathologique lorsqu’une personne connaît des niveaux d’anxiété élevés de manière continue et/ou chronique sur une période de plusieurs mois dans différents types de situations relevant de domaines de vie distincts (personnel, professionnel, familial, etc.). Dans ce cas précis, on parle alors d’anxiété généralisée ou TAG qui se révèle très souvent extrêmement handicapant dans le sens où il ne se limite pas à un objet spécifique sur lequel se concentrent les angoisses comme c’est le cas pour d’autres troubles anxieux tels que, par exemple, les phobies spécifiques

En effet, il faut bien concevoir que cette anxiété perpétuelle est le produit d’un système de pensées dysfonctionnel qui contraint l’individu à envisager presqu’exclusivement les issues négatives de chaque situation dans lesquelles il se retrouve. Elle se manifeste par un mal-être constant, une détresse intense parce-que tout événement fait alors l’objet de fortes angoisses dont l’individu essaye mais n’arrive pas à se défaire. L’anxiété généralisée fonctionne véritablement à l’image d’un cercle vicieux dans le sens où chaque pensée négative mène à d’autres idées négatives qui enferme et renforce ce système de pensées néfaste pour la santé. Dans les épisodes aigus d’angoisse, le TAG peut culminer en des crises de panique qui a leur tour deviennent un nouveau motif d’angoisse.

S’inquiéter pour faire face aux “dangers”

Pour bien comprendre le fonctionnement de ce trouble, il faut voir que l’anxiété prend la forme de multiples inquiétudes portant sur tout ce que vit la personne souffrant de TAG. En d’autres mots, l’individu se projette systématiquement sur les conséquences négatives souvent supposées et ne peut s’empêcher d’y penser dans l’optique de résoudre ces problèmes éventuels avant même qu’ils ne se posent. Le sujet n’arrive donc plus à être dans le moment présent, à ressentir des émotions positives pour la simple raison que la seule chose qu’il a à l’esprit sont les scénarios catastrophes qu’il imagine constamment. Cette focalisation subie est donc à l’origine d’une grande souffrance morale. Elle est aussi paradoxale dans le sens où elle est perçue aussi positivement. Se faire du souci est en fait vu comme une façon de prévoir dans un monde hostile et donc dans une certaine mesure comme un mécanisme de protection efficace face aux nombreuses menaces imaginées. Pour autant, dans l’anxiété généralisée, la personne concernée a souvent conscience du caractère démesuré de ses réactions car ces dernières s’appliquent à tous les cas de figure indépendamment de la banalité des situations. Ce trouble interfère et empêche l’individu de fonctionner normalement.

“On a beau me raisonner, c’est plus fort que moi”

Imaginez que vous ayez un rendez-vous avec l’un de vos amis qui n’est pas connu pour sa ponctualité. Vous êtes là à l’heure mais lui non, ce qui est plutôt normal au vu de votre passif. 5 minutes passent et il n’est toujours pas là, vous n’avez pas de nouvelles, il ne vous a pas appelé et ne répond pas non plus à vos appels. Cette situation banale vous est pourtant insupportable. Vous avez le sentiment profond et immédiat qu’il lui est arrivé quelque-chose de grave. Vous êtes en hyper-vigilance et chaque élément de l’environnement est alors perçu comme des indices confirmant votre intuition. Vous entendez une sirène dans la rue et vous l’imaginez tout de suite blessé voire mort. Pétrifié, au bord des larmes, vous n’arrivez plus à vous enlever cette idée de la tête. Finalement il arrive et vous dit qu’il était dans les transports. Vous êtes soulagé mais vous vous sentez toujours en détresse, vous avez du mal à vous remettre des fortes émotions que vous avez ressenties et vous vous dites qu’il serait peut-être préférable de ne plus sortir pour ne pas vous remettre dans des états pareils.

Qui est touché par les TAG ?

L’anxiété généralisée est un trouble particulièrement répandu dans le monde. On considère que 6% de la population développe un TAG au cours de leur existence. De façon générale, il se déclare souvent chez les jeunes, au début de l’adolescence ou de l’âge adulte, mais peut apparaître aussi plus tard. Statistiquement, les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes. Le TAG se développe progressivement et il est favorisé par une tendance à se faire du souci qui peut se manifester dès l’enfance, ce qui en fait un des troubles anxieux les plus stables car profondément ancrée dans le fonctionnement du sujet. Il est aussi démontré que l’anxiété généralisée était plus fréquente après une séparation, un divorce et dans les situations d’inactivité.

L’intolérance à l’incertitude est souvent identifiée comme la caractéristique centrale chez l’individu pour expliquer l’apparition et le déploiement d’une anxiété généralisée. On définit cette intolérance comme l’incapacité d’une personne à accepter la possibilité qu’il puisse se produire un événement négatif aussi minime soit-il. C’est ce trait de caractère qui va donc beaucoup contribuer à la rumination sur les scénarios catastrophe, car se faire du souci et y penser constamment est vu comme le moyen de prévenir, d’échapper aux issues négatives imaginées et envisagées. 

Pour preuve, les études montrent que dans une journée, un individu sans trouble anxieux passe 55 minutes en moyenne à se faire du souci dans une journée contre plus de 5 heures pour une personne souffrant d’anxiété généralisée.

Les principaux symptômes des TAG

Une personne atteinte de TAG est constamment submergée par ses angoisses qui pourraient toucher tous les domaines de sa vie. Elle s’inquiétera aussi bien pour les situations en lien avec sa vie professionnelle, familiale ou même les événements qui se produisent dans le monde et ce de façon complètement incontrôlable. L’anxiété intense constamment ressentie se traduit sous différentes formes somatiques. Ainsi, les personnes souffrant de TAG peuvent ressentir tout ou partie des symptômes suivants : 

  • Grande difficulté de concentration ou de mémoire ;
  • Sentiment de surexcitation ou de nervosité ;
  • Fatigabilité ;
  • Irritabilité ;
  • Tension musculaire ;
  • Insomnie ou sommeil de très mauvaise qualité ;
  • Étourdissements, vertiges ou impression d’évanouissement imminent ;
  • Maux de tête ;
  • Nausées ;
  • Palpitations et accélération du rythme cardiaque.

 

En général, le sujet atteint de TAG est victime de douleurs résiduelles diffuses et difficiles à identifier précisément. Ces douleurs découlent de cet état de tension continuel qui épuise l’individu mentalement et physiquement. Lorsque l’anxiété atteint des niveaux particulièrement élevés, il n’est pas rare de connaître des épisodes d’attaque de panique.

Par conséquent, le TAG pousse les individus à vivre dans une anticipation anxieuse systématique que ce soit par rapport à chaque situation qu’ils vivent persuadés qu’une catastrophe est à tout moment sur le point de se produire, que vis-à-vis de leurs propres réactions émotionnelles négatives.